Vaccination massive au Québec a été un succès

Les mesures de lutte à une éclosion de pandémie de grippe sont loin d’être enrhumées à Québec. Plus de 3760 personnes ont participé cette fin de semaine à un exercice de vaccination massive afin d’évaluer la préparation des services de santé.

«On aurait pu en accueillir beaucoup plus», résume la coordonnatrice de l’opération dans la région de la capitale, Raymonde Pépin. En fait, quelques-unes des 30 infirmières mobilisées samedi et hier ont pu être libérées.

À l’exception du samedi matin ou des centaines de personnes ont fait la file avant l’ouverture des cliniques de vaccination, l’attente était pratiquement nulle. «On considère que c’est un succès quant à l’organisation. Ça s’est bien déroulé, il n’y avait aucune attente. C’est rassurant, ça veut dire que nous sommes capables d’accueillir plus de monde.»

Lors du passage du Soleil hier avant-midi, les gens n’avaient pas à patienter pour s’enregistrer puis relever leur manche pour recevoir leur vaccin. En fait, le seul temps d’attente consistait en la période de 15 minutes nécessaires après l’injection pour contrer toute réaction allergène.

La Santé publique a beaucoup appris du précédent exercice, admet Mme Pépin. Deux fois plus de secrétaires ont été mobilisées pour faciliter l’enregistrement. «On a augmenté le nombre de personnes aux inscriptions parce que c’est là que ça bloquait l’an passé», résume la coordonnatrice. Le ministère de la Santé exige que les directions régionales soient en mesure de réagir en 48 heures à toute éclosion de pandémie de grippe afin d’administrer des antiviraux.

Afin d’accélérer le traitement, un nouveau système informatique a également été testé pour la première fois. Grâce à une banque de données, les employés pouvaient vérifier rapidement le carnet de vaccination des gens et proposer une injection contre la pneumonie. Comme ce vaccin est bon à vie, ceux qui l’avaient déjà reçu étaient rapidement écartés.

À l’opposé, le vaccin contre l’influenza doit être injecté chaque année. Celui-ci est en effet constamment renouvelé pour répondre efficacement contre les trois principales souches de grippe actuellement actives. Et devant les rapides mutations du virus, tout est perpétuellement à recommencer.

Jusqu’en décembre

Samedi matin, les infirmières mobilisées au Cégep F.-X. Garneau vaccinaient 200 personnes par heure. L’objectif était de maintenir une moyenne au-dessus de 160. Elle est toutefois tombée à 140 par heure samedi après-midi et dimanche devant la baisse de l’achalandage.

Au centre d’hébergement Sacré-Coeur, l’affluence a été plus importante que prévu. Samedi, plus de 900 personnes se sont présentées alors qu’on en attendait 600. Les 12 infirmières ont toutefois réussi à répondre à la demande, même si certains ont dû patienter jusqu’à deux heures samedi matin pour recevoir leur injection.

La campagne de vaccination massive se poursuit jusqu’au 14 décembre dans la région. Demain et mercredi, les infirmières de la Santé publique seront à l’Hôtel Universel de Sainte-Foy. Elles iront jeudi et vendredi au centre Lucien-Borne.

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *